Les Journées Scientifiques du CRI  Ière Journée Scientifique du CRI - Mai 2002  Compte-rendu du Pr Jean SIBILIA  Le TNFa et les anti-TNFa dans les myopathies inflammatoires

Le TNFa et les anti-TNFa dans les myopathies inflammatoires :: Patrick CHERIN, Paris ; Thierry SCHAEVERBEKE, Bordeaux

Retour à la liste des compte-rendus

  • Dans les myosites, certains cytokines pro-inflammatoires comme l'IL-6, l'interféron g, le TGFb et le TNFa peuvent avoir une importance. Divers arguments suggèrent le rôle du TNFa dans la pathogénie de ces affections musculaires.
  • Dans les polymyosites, les dermatomyosites et les myosites à inclusions, il existe une surexpression du TNFa par les fibres musculaires, ce qui se traduit aussi par une élévation des taux sériques de TNFa. Parallèlement, on observe également une surexpression des récepteurs du TNFa (TNF R1 et R2), ainsi que de leur ARN messager dans les monocytes circulants.
  • Dans les dermatomyosites juvéniles, il a été observé un polymorphisme allélique particulier de la région promotrice 308 du TNFa. L'allèle TNFa 308A est associé à des formes de dermatomyosite juvénile plus sévère caractérisée par une calcinose et des occlusions capillaires musculaires.. Un polymorphisme identique a été observé dans les polymyosites et dermatomyosites de l'adulte, suggérant qu'il pourrait être à l'origine d'une synthèse cytokinique accrue responsable du déclenchement et/ou de la sévérité de la myosite.

L'analyse de la littérature montre qu'il n'y a actuellement aucun essai contrôlé publié. Seules quelques observations de polymyosites et de dermatomyosites réfractaires traitées par étanercept (25 mg 2 à 3x/semaine) ou infliximab (5 à 10 mg/kg) ont été présentés sous forme de résumés lors du dernier congrès de l'ACR 2001. Les résultats sont encourageants, mais ne permettent pas de conclure. Quelques patients ont été traités en France sans qu'on dispose actuellement des résultats.

Au total, le rationnel suggérant le rôle du TNFa dans les myosites et les premiers résultats thérapeutiques encourageants justifient une étude collaborative. Les objectifs pourraient être d'évaluer l'intérêt des anti-TNFa soit en cas d'échec des traitements conventionnels, soit éventuellement à la phase aiguë pour éviter chez des sujets "fragiles" l'utilisation prolongée de fortes doses de corticoïdes.

Jean SIBILIA, Service de Rhumatologie CHU Strasbourg