Les Journées Scientifiques du CRI  Ière Journée Scientifique du CRI - Mai 2002  Compte-rendu du Pr Jean SIBILIA  Le TNFa et les anti-TNFa dans la maladie de Behçet

Le TNFa et les anti-TNFa dans la maladie de Behçet :: Bertrand WECHSLER, Paris

Retour à la liste des compte-rendus

La maladie de Behçet est une affection caractérisée par des lésions inflammatoires aphtoïdes multifocales. Les mécanismes pathogéniques sont partiellement connus. Certains lymphocytes T (LTgd) doivent répondre à une agression endothéliale ou épithéliale (microbienne) favorisée par un terrain génétique prédisposant (HLA B5 - B51 et MIC A). Ces lymphocytes T sont susceptibles de synthétiser différentes chémokines en particulier de l'interleukine-8 qui vont attirer les neutrophiles. Ces lymphocytes T et les neutrophiles activés libèrent différents médiateurs enzymatiques, mais aussi cytokiniques dont le TNFa. Cette cytokine peut donc amplifier la réaction inflammatoire et avoir un rôle lésionnel non négligeable.

Certaines formes de la maladie de Behçet, en particulier les formes oculaires, sont sévères et difficiles à traiter. Cela explique que dans la littérature, les principales observations de maladie de Behçet traitée par infliximab, sont des atteintes oculaires. Une dizaine d'observations ontété publiées avec des résultats qui semblent particulièrement intéressants, même chez des malades réfractaires à d'autres traitements, en particulier à l'interféron. D'autres observations plus rares d'atteintes cutanéomuqueuses et digestives ont également été publiées, suggérant également une certaine efficacité des anti-TNFa. Quelques observations françaises ont également été décrites allant également dans le sens de l'efficacité de cde traitement.

Au total, l'efficacité apparemment rapide des anti-TNF dans certaines complications sévères de la maladie de Behçet justifie d'envisager une étude collaborative. Reste à définir les indications et les modalités de traitement, en particulier l'attitude en cas de thrombose ou de risque de thrombose et d'atteinte neurologique centrale.

Jean SIBILIA, Service de Rhumatologie CHU Strasbourg