Les Journées Scientifiques du CRI  Ière Journée Scientifique du CRI - Mai 2002  Compte-rendu du Pr Jean SIBILIA  Le TNFa et les anti-TNFa dans l'uvéite

Le TNFa et les anti-TNFa dans l'uvéite :: B. BODAGHI, Paris

Retour à la liste des compte-rendus

Les uvéites sont des maladies inflammatoires oculaires assez fréquentes quji peuvent être primitives ou associées à différentes maladies inflammatoires (spondylarthropathies, entéropathies ou maladie de Behçet). Ce sont des affections parfois sévères mettant rapidement en jeu le pronostic fonctionnel visuel. Certaines formes rebelles, en particulier de l'enfant, justifient le développement de nouveaux traitements anti-inflammatoires en particulier les anti-TNF (10% de risque de cécité dans l'arthrite chronique juvénile).

Plusieurs études rétrospectives et prospectives ont démontré l'efficacité des anti-TNF dans les uvéites en particulier pour celles associées aux rhumatismes inflammatoires de l'adulte et de l'enfant. Dans une étude prospective, 10 enfants atteints d'arthrite chronique juvénile ont été traités par étanercept (0,4 mg/kg deux fois par semaine). Ce traitement a permis une baisse significative de l'inflammation du segment antérieur de l'œil dans 63% des cas. Chez ces patients, il faut noter l'absence de parallélisme entre la réponse articulaire et la réponse oculaire. Cette efficacité, qui est rarement complète, est importante compte-tenu de la sévérité de ces atteintes. Comme nous l'avons vu précédemment dans les uvéites de la maladie de Behçet, les anti-TNF (en particulier l'infliximab) sont efficaces même dans des formes rebelles.

Ces résultats ont justifié la mise en place d'une étude européenne multicentrique prospective, mais non randomisée visant à évaluer l'intérêt de l'infliximab (5mg/kg) injecté aux semaines 0, 2, 6, 14, 22, 30, 38 et 46 dans les uvéites associées à la maladie de Behçet, la sarcoïdose et des formes idiopathiques. Ce projet pourrait aussi être complété par d'autres études visant à évaluer la place des injections locales ou d'éventuels traitements topiques (collyres).

Jean SIBILIA, Service de Rhumatologie CHU Strasbourg