Etudes interactives du CRI

Anti-TNF chez les patients transplantés

Retourner à la liste complète des études en cours

Il y a actuellement, en France, plus de 52 000 patients vivants avec un organe greffé fonctionnel et chaque année c'est plus de 5000 nouveaux organes qui sont transplantés (1). Certains de ces patients présentent des rhumatismes inflammatoires chroniques, des maladies inflammatoires chroniques digestives ou un psoriasis nécessitant l'utilisation d'anti TNF. La prévalence de ces patients n'est actuellement pas connue, mais il est certain qu'elle augmentera dans les années à venir.

Actuellement, moins d'une trentaine de cas ont été rapportés dans la littérature, principalement chez des transplantés hépatiques nécessitant un anti TNF pour une maladie inflammatoire digestive (2). Il n'y a jamais eu de dysfonction du greffon quel que soit l'organe transplanté, y compris le cœur (3,4). Des anti TNF ont même été parfois utilisé avec succès pour traiter des réactions de GVH (greffon versus hôte) (5,6).

Par contre, l'association d'un traitement par anti TNF aux thérapeutiques anti-rejets surexpose les patients à des complications infectieuses sévères et carcinologiques. Les données actuelles sont trop peu nombreuses pour tirer des conclusions, mais il a été rapporté plusieurs épisodes infectieux, notamment fongiques, et 2 cas d'adénocarcinome colique chez des patients greffés traités par anti TNF. De plus, des réactions auto immunes, à type de lupus induit ont été rapportées (7,8).

Il n'y a aucune donnée rapportée, sur l'intérêt de diminuer le traitement immunosuppresseur avec des posologies thérapeutiques plus faible afin de prévenir ces effets secondaires.

Nous cherchons à colliger le plus grands nombre d'observations de patients transplantés et traités ou ayant été traité par anti TNF, quel que soit l'indication rhumatismale, digestive, dermatologique ou autre. L'objectif principal est d'étudier la tolérance de l'association de ces traitements immunosuppresseurs afin d'évaluer les risques infectieux et carcinologiques, et l'impact sur la survie du greffon.

Les critères d'inclusions sont les suivants :

  • Patients ayant un organe greffé quel qu'il soit et ayant débuté ou poursuivi un traitement anti TNF après sa transplantation

Ce travail fera l'objet d'une publication, et tous les participants seront proposés comme co-auteurs.

Nous vous remercions par avance.

Docteur Guillaume Direz
Docteur Emmanuelle Dernis
Service de Rhumatologie – CH Le Mans - 02.43.43.26.56

Références :

  1. Les chiffres clés - Don d'organes - Agence de la biomédecine. http://www.dondorganes.fr/016-les-chiffres-cles
  2. Mohabbat AB, Sandborn WJ, Loftus EV, et al. Anti-tumour necrosis factor treatment of inflammatory bowel disease in liver transplant recipients. Aliment Pharmacol Ther 2012; 36:569 - 74.
  3. Metyas S, La D, Arkfeld DG. The use of the tumour necrosis factor antagonist infliximab in heart transplant recipients: two case reports. Ann Rheum Dis 2007; 66:1544 - 5.
  4. Torre-Amione G, Wallace CK, Young JB, Koerner MM, et al. The effect of etanercept on cardiac transplant recipients: a study of TNFalpha antagonism and cardiac allograft hypertrophy. Transplantation 2007; 84:480 - 3.
  5. Piton G, Larosa F, Minello A, Becker M-C, et al. Infliximab treatment for steroid-refractory acute graft-versus-host disease after orthotopic liver transplantation: a case report. Liver Transplant Off Publ Am Assoc Study Liver Dis Int Liver Transplant Soc 2009; 15:682 - 5.
  6. Thin L, Macquillan G, Adams L, Garas G, Seow C, Cannell P, et al. Acute graft-versus-host disease after liver transplant: novel use of etanercept and the role of tumor necrosis factor alpha inhibitors. Liver Transplant Off Publ Am Assoc Study Liver Dis Int Liver Transplant Soc 2009; 15:421 - 6.
  7. Sandhu A, Alameel T, Dale CH, Levstik M, et al. The safety and efficacy of antitumour necrosis factor-alpha therapy for inflammatory bowel disease in patients post liver transplantation: a case series. Aliment Pharmacol Ther 2012; 36:159 - 65.
  8. Peyrin-Biroulet L, Bressenot A, Chone L, et al. Colon cancer after infliximab therapy for Crohn's disease in a young patient transplanted for primary sclerosing cholangitis. Am J Gastroenterol. 2006; 101:2664 - 5.