Etudes interactives du CRI

Maladie de Kienböck chez les patients sclérodermiques

Retourner à la liste complète des études en cours

Chères collègues, chers collègues,

Dans le cadre d’un travail de thèse, nous lançons un appel à observations à la recherche d’éventuels cas de maladie de Kienböck chez les patients atteints de sclérodermie systémique.

Contexte : La maladie de Kienböck est une nécrose avasculaire du lunatum dont la physiopathologie reste méconnue, combinaison de facteurs de risque vasculaires et d’une prédisposition mécanique. Lors du suivi de patients sclérodermiques dans le service de rhumatologie du CHU de Bordeaux, des cas de maladie de Kienböck ont été identifiés, avec l’impression d’une prévalence plus importante qu’en population générale, nous questionnant sur le lien entre la maladie systémique et cette atteinte osseuse.

Objectif : Étudier la prévalence de la nécrose aseptique du lunatum, ou Maladie de Kienböck, dans une cohorte de patients atteints de sclérodermie systémique, puis, en rechercher les facteurs favorisant.

Population : Patients, âgés de 18 ans ou plus, atteints de sclérodermie systémique selon les critères de classification ACR-EULAR 2013, diffuse ou limitée, qu’ils soient symptomatiques ou non sur le plan articulaire.

Méthodologie : Étude observationnelle, rétrospective, multicentrique, nationale. L’anonymisation des données sera respectée en ne conservant que les deux premières lettres des nom et prénom et l’année de naissance des patients inclus.

Le premier temps de cette analyse consiste en une étude épidémiologique de la prévalence de la maladie de Kienböck dans une cohorte régionale de patients sclérodermiques. Dans un second temps, nous aimerions étudier, chez des patients sclérodermiques atteints de maladie de Kienböck, les facteurs favorisant potentiels, c’est pourquoi nous lançons cet appel à observations visant à recueillir autant de cas que possible.

Si le sujet vous intéresse et que vous avez l’occasion de suivre des patients atteints de sclérodermie systémique, chez qui vous auriez pu identifier des cas de maladie de Kienböck (diagnostic radiographique), nous vous serions extrêmement reconnaissants de bien vouloir nous contacter. Nous remplirions alors ensemble le questionnaire ci-dessous.

Contacts :

Chacun des contributeurs ainsi que le CRI seront associés aux communications et publications issues de ce travail.

Vous remerciant par avance chaleureusement pour votre aide,
Julie Perrot, interne
Dr Nicolas Poursac
Service de rhumatologie du CHU de Bordeaux