Etudes interactives du CRI

Daratumumab dans les maladies auto-immunes médiées par auto-anticorps

Retourner à la liste complète des études en cours

Chers Collègues,

Dans le cadre d’un travail de thèse, nous souhaiterions colliger tous les patients traités par daratumumab pour une maladie auto-immune médiée par auto-anticorps.

Les auto-anticorps exercent un rôle pathogène dans de nombreuses maladies auto-immunes (MAI). Ceci sous-tend l’efficacité thérapeutique du ciblage des lymphocytes B par le rituximab. Malheureusement, une proportion non négligeable de patients n’y répond pas ou insuffisamment. Une explication possible à ces échecs est le fait que, parmi les cellules productrices d’auto-anticorps, le rituximab ne déplète que les plasmablastes et non les plasmocytes à longue durée de vie. De nouvelles stratégies ciblant les plasmocytes au cours des MAI médiées par auto-anticorps ont ainsi émergé ces dernières années. L’une d’entre elles consiste en l’emploi du daratumumab, un anticorps monoclonal anti-CD38 efficace dans le traitement du myélome via son action sur les plasmocytes tumoraux. Le CD38 étant également exprimé par les plasmocytes non tumoraux, le daratumumab pourrait permettre leur déplétion. L’efficacité de ce médicament a été décrite dans plusieurs cas de MAI médiées par auto-anticorps. Il s’agissait majoritairement de cytopénies auto-immunes survenues après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques [1-4], mais aussi d’encéphalites auto-immunes [5, 6], de rejets humoraux de greffe rénale [7], d’une mycobactériose atypique liée à la présence d’anticorps anti-IFN-γ [8], de syndrome des antiphospholipides [9] ainsi que de deux cas de lupus systémiques graves et multiréfractaires [10]. Ces résultats prometteurs sont néanmoins à considérer avec prudence, les succès thérapeutiques étant plus volontiers rapportés que les échecs.

Les objectifs de ce travail sont ainsi d’analyser de façon systématique :

  1. les caractéristiques des patients chez qui un traitement par daratumumab a été instauré pour une MAI médiée par auto-anticorps ;
  2. les résultats obtenus suite à l’utilisation de ce traitement.

Les critères d’inclusion sont :

  1. Sujet âgé de 18 ans ou plus ;
  2. Traité par daratumumab pour une des maladies suivantes (MAI relevant de la médecine interne, de la rhumatologie et/ou de l’immuno-hématologie et dont la pathogénie fait intervenir, de façon avérée ou présumée, des auto-anticorps) :
    • Lupus érythémateux systémique
    • Syndrome des antiphospholipides primaire ou associé
    • Syndrome de Sjögren
    • Sclérodermie systémique
    • Connectivite mixte
    • Polyarthrite rhumatoïde immunopositive
    • Vascularite associée aux ANCA (granulomatose avec polyangéite, polyangéite microscopique, granulomatose éosinophilique avec polyangéite)
    • Myopathie auto-immune (dermatomyosite, myopathie nécrosante auto-immune, syndrome des anti-synthétases)
    • Purpura thrombopénique immunologique
    • Anémie hémolytique auto-immune à auto-anticorps chauds
    • Syndrome d’Evans
    • Erythroblastopénie auto-immune
    • Cryoglobulinémie mixte (associée aux maladies auto-immunes ou idiopathique).

Nous vous serions très reconnaissants de nous signaler de telles observations en nous faisant parvenir la fiche de recueil à télécharger en cliquant ici. Au besoin, nous pourrons nous déplacer dans les centres signalant des cas pour compléter le recueil des données.

Merci d’avance pour votre collaboration,

Bien confraternellement,

Arthur PETITDEMANGE, Dr Aurélien GUFFROY,Pr Anne-Sophie KORGANOW
Service d’immunologie clinique et de médecine interne, Centre National de Référence des Maladies Autoimmunes Systémiques Rares Est Sud-Ouest (RESO), Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Contact :
arthur.petitdemange@wanadoo.fr
aurelien.guffroy@chru-strasbourg.fr
Téléphone : 03.69.55.50.21
Fax : 03.69.55.18.35

Références

  1. Schuetz C, Blood Adv. 09 2018;2(19):2550‑3.
  2. Migdady Y, Blood Adv. 10 2020;4(5):815‑8.
  3. Jain A, Ann Hematol. 14 mai 2020;
  4. Bathini S, Am J Hematol. 2019;94(8):E216‑9.
  5. Scheibe F, J Neurol. févr 2020;267(2):317‑23.
  6. Ratuszny D, Front Neurol. 2020;11:602102.
  7. Spica D, Case Rep Nephrol Dial. déc 2019;9(3):149‑57.
  8. Ochoa S, Clin Infect Dis. 3 août 2020;
  9. Pleguezuelo DE, Front Immunol. 12 avr 2021;12:667515.
  10. Ostendorf L, N Engl J Med. 17 sept 2020;383(12):1149‑55.